Summer Solstice – Chartreuse

Summer Solstice – Chartreuse

Traversée sauvage pour le plus long jour de l’année.

J’ai toujours une relation spéciale avec le c’est le solstice, j’y vois le rythme du soleil et la danse des saisons. Avec l’été qui arrive c’est le signe d’aventures plus grosses, plus folles, d’explorations, de moments durs et de moments magnifiques. Mais quand arrive le plus long jour de l’année j’adore prendre mes affaires et partir sur un trip un peu spécial, dormir dehors et regarder cette nuit la plus courte de l’année.  Profiter des changements de lumière et rouler à fond pour ce premier jour de l’été. 

Et cette année j’ai choisi une chaîne annexe aux Alpes, coincé entre Grenoble et Chambéry, la Chartreuse. Je connaissais un peu ce coin et j’ai toujours adoré son atmosphère. La Chartreuse est très connu pour sa population de moines qui y habitent depuis 1000 ans, ils ont semé d’importants monastères dans toutes les montagnes, priant et distillant une incroyable liqueur! Un endroit fort en histoire et énergies. La population locale depuis toujours construit des sentiers leur permettant d’élever leurs animaux mais aussi de cultiver cette terre. Une chaîne très montagneuse qui n’en reste pas moins sauvage et magnifique, offrant un terrain difficile pour le VTT. Il y a plusieurs saisons, j’ai élaboré un parcours à travers le massif avec l’aide de mon pote Antoine de Grenoble. Depuis lors j’attendais juste l’opportunité de réaliser cette traversée. 

Jeudi matin, après mon petit déjeuner, mon sac de couchage est installé sur mon guidon et j’ai assez de nourriture dans mon sac, c’est le moment d’y aller. Je quitte la maison de mon cousin et commence par une énorme montée, avec une très longue section de route pour le premier col. Finalement j’atteins le sentier assez rapidement, et rouler avec le vélo chargé c’est toujours un peu bizarre au début ! Au bout de quelques centaines de mètres en descente je ne suis plus gêné et je m’éclate au guidon de mon Thunderbolt.  Assez vite je tombe sur une boue épaisse et collante dans les parties un peu plates, l’hiver a laissé ses marques et au printemps il a énormément plu ! La progression est donc assez lente sur ces parties techniques, ça glisse énormément. Je rentre finalement dans la zone de la dent de Crolles, une des pointes les plus charismatique du massif, je grimpe en face sur Prapouta ce qui me permet de profiter de la vue d’en haut contemplant ainsi le reste de mon itinéraire, à travers cols sommets et vallées.  Les sentiers sont vraiment sympas et les piétons s’amusent de me voir passer dans ces coins peu fréquentés, arrivé en bas de la vallée je prends une longue pause. Alors que retentit les cloches de Saint-Pierre en Chartreuse je vais me poser dans la forêt pour manger au bord de la rivière. Je laisse passer quelques heures, avec la chaleur et me prépare pour la dernière ascension de la journée, car je compte monter au-dessus de 2000 m pour atteindre le sommet du grand Som.  Une montée de 1200 m au début sur piste puis sur sentiers avec un énorme portage, il y a des sections raides difficiles et même un petit peu engagées. Mais les vues sont magnifiques ! Un moment montagne définitivement sauvage est fort. J’arrive finalement au sommet mais ce n’est pas vraiment la fin de l’effort ! Le sentier qui descend est super difficile est exposé, je dois marcher en descente sur certains passages et faire attention.  Au dernier petit col je peux voir une cabane de montagne et quelques zones plates, ça sera le spot parfait pour camper avec de l’eau et un endroit pour me reposer. 

 Ce mirador pour le coucher de soleil est magnifique et silencieux. Ici il n’y a personne d’autre que les oiseaux et les chamois. Je prépare mon campement minimaliste et mange mon quinoa. La nuit arrive doucement après les lumières du coucher, je m’endors rapidement.  Pendant la nuit je me réveille pour voir une mer de nuages qui arrivent de l’Ouest et qui submerge complètement le massif !

Au matin je suis dans les nuages, l’ambiance est complètement différente, mais en roulant j’adore ça. On a l’impression d’être dans un autre monde il n’y a plus de bruits juste ce nuage blanc tout autour qui parfois recouvre la cime des arbres. Aujourd’hui c’est le deuxième jour et en fait c’est beaucoup plus court. Je prend mon temps et profite vraiment bien. La Chartreuse est magnifique et pleine de surprises.  Les sentiers de la dernière partie de la journée déroulent sur une immense crête faisant face Mont Granier très connu dans la région, puis les sentiers plongent sur Chambéry. Une dernière partie extrêmement sympa et rapide, un vrai régal !

Arrivé en bas je retrouve la route principale, les villages, les vignobles et une ligne de bus, celui-ci va m’emmener jusqu’à Grenoble pour me permettre de retrouver mon camion. 

 Alors que je rentre chez moi, conduisant mon camion, je regarde la chartreuse sur ma gauche en me disant que c’était décidément un super rapide, bien content d’avoir finalement réussi cette traversée mais aussi chanceux de pouvoir explorer ainsi de si belles montagnes.

La vie est une chance. 

No Comments

Post a Comment